Yan’ Dargent

Jean-Édouard Dargent dit Yan’ Dargent né à Saint-Servais en Finistère le 15 octobre 1824 et mort à Paris le 19 novembre 1899, est un peintre et illustrateur dont la majeure partie de l’œuvre picturale est consacrée à sa région natale, la Bretagne.

En 1850, alors qu’il est pressenti par sa compagnie des chemins de fer pour la réalisation d’un chantier en Espagne, et, sur les instances réitérées du fils de l’éditeur Furne qui avait deviné ses talents, il donne sa démission pour se consacrer à son art d’illustrateur, et s’installe à Paris. Pendant dix ans il poursuit sa production artistique et expose tous les ans, sans succès, au Salon de Paris, à partir de 1851.

En 1861, aux côtés d’Évariste-Vital Luminais, Adolphe Leleux, Charles Fortin, Jules Noël, Octave Penguilly L’Haridon, il présente quatre tableaux, Les Lavandières de la nuit ballade bretonne, Souvenir de collège, Les Pilleurs de Mer à Guissény, Pâtres des plaines de Kerlouan. Maxime Du Camp, comme beaucoup d’autres, fait remarquer ironiquement : « Il y a à l’exposition une armée de Bretons qui bretonnent à qui mieux mieux ». Au contraire, Théophile Gautier fait l’éloge des Lavandières de la nuit*. La renommée de Yan ‘Dargent est faite. À ce succès sans suite, il trouve, comme son ami et rival Gustave Doré, dans l’illustration de livres, au total environ 200, une rémunération plus régulière que la vente de ses toiles.

Il meurt le 19 novembre 1899 à Paris, dit-on d’une embolie pulmonaire, et est enterré à Saint-Servais.

 

Un musée lui est consacré dans sa ville natale de Saint-Servais.

 

Il y a quelques années toutes les fresques de la cathédrale de Quimper, réalisées par Yan’ Dargent ont été restaurées. Cela a permis à ce peintre oublié de sortir de l’anonymat.

 

* Le tableau « Lavandières de la nuit » est aujourd’hui conservé au musée des beaux-arts de Quimper.

Vous aimerez aussi...