Pierre Bouguer

bouguerPierre Bouguer, né le 10 février 1698 au Croisic et mort le 15 août 1758 à Paris, est un mathématicien, physicien et hydrographe français. Il est le fondateur de la photométrie (mesure de l’intensité lumineuse).

Son père, Jean Bouguer, l’un des meilleurs hydrographes de son époque, était professeur au Croisic et auteur d’un traité de navigation. En 1713, Pierre Bouguer est engagé pour succéder à son père. En 1727, il obtient un prix de l’Académie des sciences pour sa présentation Sur la meilleure manière de former et distribuer les mâts des bateaux et deux autres prix pour ses dissertations, sur la meilleure méthode pour observer l’altitude des étoiles en mer, et sur la meilleure méthode pour observer la variation de la boussole en mer, tenant compte de certaines anomalies de la pesanteur.

En 1729, il publie un Essai d’optique sur la gradation de la lumière, dont l’objet est de définir la quantité de lumière perdue par le passage à travers une étendue donnée de l’atmosphère terrestre énonçant pour la première fois ce qui est appelé souvent la loi de Beer-Lambert et parfois, plus correctement, la loi de Bouguer. Il trouve que la lumière du Soleil est 300 000 fois plus intense que celle de la Lune. En 1730, il est nommé professeur d’hydrographie au Havre, et succède à Pierre Louis Maupertuis comme géomètre associé à l’Académie des Sciences. Il est également l’inventeur d’un héliomètre, amélioré ensuite par Joseph von Fraunhofer. Il est élu à l’Académie des sciences à la place de Maupertuis et s’établit à Paris.

En 1735, il vogue avec Charles Marie de La Condamine, Louis Godin, chef de l’expédition, et Joseph de Jussieu pour le Pérou, afin de mesurer un degré d’arc de méridien près de l’équateur. En mathématiques, Pierre Bouguer travaille sur les courbes dans le plan et étudie, le premier, la « courbe de poursuite » en 1732.

Il introduit en 1734 les symboles >= pour supérieur ou égal et <= pour inférieur ou égal.

Le cratère Bouguer sur la Lune et le cratère Bouguer sur Mars portent son nom.

Pierre Bouguer consacre une grande partie de sa vie à l’étude des problèmes posés par la navigation. Ses écrits portent sur les manœuvres navales, la navigation proprement dite et la conception des bateaux. Il s’intéresse à la construction de ceux-ci et établit une formule mathématique permettant de calculer le « métacentre » des bateaux, une mesure de leur stabilité.

 

Pierre Bouguer, portrait au pastel par Jean-Baptiste Perronneau en 1753 – Musée du Louvre. Photo RMN

Vous aimerez aussi...