Léon Moreaux

leon-moreauxLéon Moreaux, né le 10 mars 1852 à Féron (Nord) et mort le 11 novembre 1921 à Rennes, est un tireur sportif français et olympien qui a participé à pistolet et à la carabine. Militaire de carrière, sa carrière le mène, au hasard des affectations, à Rennes, d’abord au 10e, puis au 7e régiment d’artillerie. Cette ville reste dès lors liée à son destin : il s’y marie en 1890 puis y fonde une famille composée de trois enfants.

Son parcours sportif va le mener sur les plus hautes marches. Il est 8 fois champion de France (4 au fusil et 4 au revolver) et remporte 1 titre de champion du Monde en Italie.

Aux Jeux de 1900 à Paris en marge de l’exposition Universelle, il prend 2 podiums face à aux meilleurs joueurs venant des nations comme la Suisse ou la Norvège. Aux Jeux intercalés d’Athènes en 1906 il triomphe à 2 reprises et accède à 3 podiums.

Malheureusement cette consécration sportive n’est pas reconnue par le Comité international olympique qui s’est opposé à l’organisation de ces Jeux dissidents. Mais avec autant de titres il est d’une part le premier médaillé Breton, et d’autre part ses nombreux titres lui valent une reconnaissance internationale.

1906 est l’année la plus réussie de Moreaux dans le tir sportif. Aux Jeux Olympiques d’été 1906, il entre dans dix catégories différentes, remportant un total de cinq médailles olympiques, y compris ses premières médailles d’or. Il remporte deux médailles d’or dans le 20 mètres pistolet de duel et le fusil de l’armée de 200 mètres, une médaille d’argent dans le 25 mètres arme à feu, et deux médailles de bronze dans le Rifle Position gratuit et l’équipe de Rifle gratuit. Moreaux participe à l’événement Fusil militaire et termine quatrième, en revolver militaire il termine cinquième, et dans le duel Pistol, il termine à la sixième place. Il participe également à l’événement de revolver militaire, mais termine à la 16e place et en pistolet libre, en 19e position.

Moreaux entre dans les Jeux Olympiques 1908 à l’âge de 46 et participe à la compétition Rifle équipe libre pour la France, mais manque la médaille de bronze, terminant en quatrième position.

Après les Jeux olympiques 1908, Moreaux prend sa retraite de la compétition professionnelle.

Il a remporté huit médailles olympiques au cours de sa carrière de tir et se classe toujours parmi les dix premiers dans l’histoire olympique du tir.

Sa notoriété lui permet également de s’impliquer énergiquement pour le développement de son sport dans la région. Ainsi Léon Moreaux fonde en 1892 la société de Tir La Duguesclin qu’il préside jusqu’à sa mort et il dirige pendant de nombreuses années la Fédération des Sociétés de tir de l’Ouest qui s’étend sur treize départements.

Sa priorité est la jeunesse. Il milite activement pour que toutes les cours des écoles soient équipées de stands de tirs. Mais la guerre de 1914 vient freiner son souhait.

Il décide de reprendre du service à 62 ans. Comme de nombreux pères de famille il est affecté par la mort de son fils aîné, en 1916 dans la Marne. Léon Moreaux termine néanmoins la guerre sous l’uniforme et atteint le grade de commandant.

De retour à Rennes, il œuvre de nouveau au développement de son sport. Pour le féliciter de son action, il reçoit, le 15 août 1920, à l’occasion du 23e Grand concours international organisé aux Gayeulles, la grande Médaille d’or de l’Académie des sports des mains du ministre de la Guerre, André Léfèvre. Cette décoration vient compléter une collection de récompenses déjà riche : il est Officier de l’Instruction publique, décoré de la Croix de guerre et Officier de la légion d’honneur.

 

Quelques mois plus tard, le 11 novembre 1921, Léon Moreaux décède dans sa ville d’adoption.

 

 

 

Vous aimerez aussi...