Jeanne Malivel

MalivelJeanne Malivel, est une artiste peintre et graveuse bretonne, née le 15 avril 1895 à Loudéac, morte le 2 septembre 1926 à Rennes. Après avoir été élève à l’École des beaux-arts de Paris, elle travaille dans un atelier d’art avec plusieurs femmes, puis décide de retourner à Loudéac vers 1922. Fin 1923, elle entreprend de réunir un groupe restreint d’artistes bretons pour proposer de prendre une part active à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes qui doit se tenir à Paris en 1925. Elle est à l’origine du mouvement des Seiz Breur (les sept frères), un mouvement artistique français créé par un groupe d’artistes bretons entre les deux guerres mondiales. Elle est épaulée par René-Yves Creston, décorateur à La Turballe et son épouse, Suzanne Candré. S’y joignent ensuite Jorj Robin, Pierre Abadie-Landel, décorateur à Quimper, Christian Le Part et l’ébéniste, Georges Sébilleau, sculpteur-meublier à Redon. Plusieurs autres entreprises de métiers d’art et d’artistes ou artisans bretons apporteront leur contribution.

En 1925, à l’occasion de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, ils réussissent à obtenir la décoration et l’aménagement d’une partie du pavillon breton appelé « Ti Breiz » et édifié avenue Dutuit, près du Petit Palais, plus particulièrement la salle principale dénommé « L’Osté ». Ceux-ci remplissent leurs pièces par du mobilier aux formes modernistes (bonnetière, grand buffet, table, bancs, chaises, crédence), des ustensiles ménagers réalisée par la Faïencerie Henriot de Quimper, des vitraux, des tentures murales, des statuettes et des pichets de René Quillivic, qui accompagna les Seiz Breur sans en faire partie. La médaille d’or fut attribuée par le jury de l’Exposition au groupe et Jeanne Malivel reçut un diplôme d’honneur pour des céramiques. Le groupe réalisera également l’essentiel du mobilier du pavillon de la Bretagne de l’Exposition universelle de Paris en 1937. Le groupe dynamisé comprendra progressivement des musiciens, des sculpteurs, des éditeurs, des ethnologues, et survit à la Seconde Guerre mondiale pour se disloquer définitivement en 1947.

 

Jeanne MALIVEL photo Raphaël Binet

 

Vous aimerez aussi...