Jean-Michel Guilcher

img-1Jean-Michel Guilcher, né le 24 septembre 1914 à Saint-Pierre-Quilbignon, commune de Brest, dans le Finistère, est ethnologue et maître de recherches honoraire au CNRS. Il est connu pour ses recherches sur les danses traditionnelles en France, notamment ses enquêtes de terrain en Basse-Bretagne, puis sur la quasi-totalité du territoire français, qu’il réalise en compagnie de sa femme Hélène. L’ouvrage qu’il publie en 1963, La Tradition populaire de danse en Basse-Bretagne, définit sa méthode d’enquête et établit les bases de l’étude scientifique d’un répertoire populaire. Il dresse l’état de la tradition de danse telle qu’on pouvait encore l’observer au moment de son extinction. La qualité de la danse bretonne aujourd’hui pratiquée en fest-noz lui doit beaucoup.

En 1969, il publie La Contredanse et les renouvellements de la danse française, un ouvrage fondamental sur l’origine et le développement de la contredanse et sur la pratique de la danse au XVIIIe siècle. C’est une référence non surpassée à ce jour.

Extrait d’interview, Yves Defrance et Jean-Michel Guilcher, « Jean-Michel Guilcher », Cahiers d’ethnomusicologie, 21 | 2008, 251-267 :

« À Brest, j’avais une grand-mère originaire de l’Aber Ildut-Porspoder née en 1836, qui dans son pays avait été une chanteuse réputée et chantait encore. Je connais de son répertoire ce qu’en avait retenu ma mère, c’est-à-dire les airs et des fragments d’une vingtaine de chansons. Il y a là-dedans des gwerzioù qui sont restées classiques : « La chanson de Ker-Ys », « La femme du croisé » ou « La dame du Faouët » …

Vous aimerez aussi...