Emile Laboureur

visuel-retenu-webJean Émile Laboureur est un peintre, dessinateur, graveur, aquafortiste, lithographe et illustrateur, né à Nantes le 16 août 1877 et mort à Kerfalher près de Pénestin, dans le Morbihan, le 16 juin 1943. Auteur de nombreuses gravures au burin, il a illustré près de quatre-vingts livres, souvent d’auteurs contemporains comme Maurois, Giraudoux, Colette, Gide, Maeterlinck, Mauriac.
Jean Emile Laboureur part étudier à Paris en 1895, à 18 ans. Il s’inscrit en faculté de droit, selon la volonté de son père, mais ne s’y plait pas et s’inscrit en lettres. Laboureur fréquente l’académie Julian. Il est initié à la gravure par Auguste Lepère, et débute au salon de 1896. Ses premières œuvres sont des gravures sur bois d’un type primitif, à la manière de Gauguin. Il rencontre des artistes comme Toulouse-Lautrec qui l’influence, Guillaume Apollinaire, Marie Laurencin.
Il part voyager en Europe et en Amérique du Nord, puis aux États-Unis en 1904, et en Turquie en 1911. Il expose à Paris à partir de 1911 et s’y fixe en 1912. Il utilise moins le bois gravé et préfère l’eau-forte. Son dessin se rapproche du cubisme vers 1912-1913. Son rôle est jugé « considérable dans le grand mouvement de l’art moderne ». Pendant l’entre-deux-guerres, en moins de vingt ans, il aura illustré près de soixante-dix livres, sans compter les frontispices. Il travaille essentiellement à Paris, mais passe chaque année plusieurs mois en Bretagne où il a acheté une maison.

Riviere_Bretonne_laboureur_1935Il y dessine un paysage breton pour un timbre gravé par Delzers et émis en 1935 pour une valeur faciale de 2 francs.
Jean Émile Laboureur fonde en 1923 le groupe des Peintres-graveurs indépendants, et préside en 1929 le Comité de l’art français indépendant. Membre de plusieurs sections de l’Exposition universelle de 1937, il contribue en 1938 à créer le Comité national de la gravure française. En plus des livres illustrés et des gravures, il élabore plusieurs fresques, notamment à la Maison du travail en 1937 et travaille pour l’École nationale de la marine marchande de Paimpol avec Jean Frélaut et Pierre Dubreuil. De 1928 à 1937, Laboureur écrit plusieurs ouvrages et articles sur la gravure. Il établit aussi le catalogue de l’œuvre gravée de Marie Laurencin.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, il se retire, malade, dans sa maison de Pénestin où il meurt en 1943.
Son œuvre figure dans les musées parisiens ;
• Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques : plusieurs dessins.
• Paris, musée d’Orsay : dessin.
• Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des estampes : collection la plus importante de son œuvre.

Du 17 janvier au 26 avril 2015, une exposition a eu lieu au musée d’histoire de Nantes, au Château des ducs de Bretagne » « Jean-Émile Laboureur, Images de la Grande Guerre ». C’est la première exposition exclusivement consacrée à la production artistique de Jean-Émile Laboureur durant la Première Guerre mondiale. 

http://www.chateaunantes.fr/fr

Vous aimerez aussi...