Colonel Rol Tanguy

rol_tanguyHenri Tanguy, officiellement Rol-Tanguy depuis 1970, dit Colonel Rol-Tanguy, né le 12 juin 1908 à Morlaix et mort le 8 septembre 2002 à Paris, est un militant communiste français, membre dirigeant de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est principalement connu pour avoir mené la libération de Paris de l’intérieur (avant l’arrivée des blindés du général Leclerc) et fait signer l’acte de reddition sans condition des forces allemandes à Paris.

Né en 1908 dans une famille de marins bretons, fils d’un officier marinier et d’une blanchisseuse, il fait ses études primaires à Toulon, Brest et Cherbourg. Il est ouvrier métallurgiste dès l’âge de quatorze ans. En 1925, Tanguy devient tôlier en carrosserie chez Renault où sa mère travaille. Il est affecté à une unité ultra moderne, l’usine O de Boulogne-Billancourt (Seine). Cette même année, il adhère aux Jeunesses communistes et devient responsable de la cellule de l’usine. Il est licencié au bout de quelques mois pour fait de grève. Dès lors, les portes des grandes usines lui sont interdites.

Cycliste de haut niveau, il se classe premier des débutants dans la course Paris-Chauny. En 1926, il participe aux « américaines » et aux poursuites par équipe, au Vélodrome d’hiver, au parc des Princes, à Buffalo, et à la piste municipale de Vincennes.

En 1929, il fait son service militaire en Algérie, par mesure disciplinaire pour ne s’être pas inscrit à temps sur les listes de recensement, au 8e régiment de zouaves. Il quitte l’armée combattant d’élite, soldat de 1re classe, avec une formation de mitrailleur mécanicien, de télémétreur et d’armurier. Embauché à l’entreprise Nessi à Montrouge, puis en septembre 1930 à l’usine Bréguet, il suit des cours de perfectionnement et devient tôlier-formeur, chaudronnier en cuivre, tuyauteur, soudeur. À partir de 1934, il revient au militantisme communiste et crée chez Bréguet une cellule communiste et un syndicat CGTU. Licencié en 1935 à la suite d’une action revendicative, il ne trouve plus de place que dans de petites entreprises.

En octobre 1936, il devient secrétaire du syndicat des travailleurs de la métallurgie CGT de la région parisienne. Lorsqu’éclate la guerre d’Espagne, en 1936, il anime la campagne de solidarité avec les Républicains de la Fédération des Métaux. En 1937, il sert en Espagne dans les rangs des Brigades internationales. Officier, il occupe le poste de commissaire politique dans la 3e brigade (La Marseillaise). En février 1938, il retourne en Espagne, où il fait l’apprentissage du feu. Le 18 juin, il est blessé d’une balle dans la poitrine sur le front de l’Ebre.

Revenu en France en novembre 1938, il se marie le 19 avril 1939 avec Cécile Le Bihan, sa marraine de guerre, militante communiste, avec qui il aura quatre enfants.

En septembre 1943, il est nommé représentant FTP au Comité d’action contre la déportation, qui sabote les départs au STO. En octobre, il passe à l’état-major des FFI de la « région P », qui regroupe onze départements autour de Paris, où il représente les FTP

D’abord sous-chef de l’état-major, il devient en mai chef régional des FFI de la région P1 (Seine, Seine-et-Oise, Seine-et-Marne, Oise), qu’il baptise « Île-de-France ». C’est alors qu’il prend son dernier pseudonyme Rol, nom d’un combattant des Brigades internationales, Théo Rol, tué en 1938 pendant la bataille de l’Èbre.

Il se consacre alors entièrement à la préparation de la libération de la capitale en liaison étroite avec le Comité d’action militaire du Conseil national de la Résistance, le COMAC et le délégué militaire national du général de Gaulle, Jacques Chaban-Delmas.

 

Le poste de commandement de Rol-Tanguy se situe, pendant l’insurrection, sous le lion de Belfort, place Denfert-Rochereau. C’est un abri à vingt- six mètres de profondeur que la défense passive a organisé en 1939. Il communique par des galeries souterraines avec la gare de Sceaux et les catacombes, et dispose d’un réseau téléphonique relié à tous les postes du service des eaux et des égouts. Ce PC est inconnu des Allemands.

Le 23 août 2004, une avenue du Colonel-Henri-Rol-Tanguy est inaugurée dans le 14e arrondissement de Paris à l’occasion du soixantième anniversaire de la libération de Paris. Cette avenue n’est en fait qu’une courte voie de quelques dizaines de mètres de long, insérée dans une partie de la place Denfert-Rochereau. Son nom Rol Tanguy est aussi lisible sur les plaques de métro de la station Denfert-Rochereau.

Vous aimerez aussi...