Alain Resnais

alain-resnaisAlain Resnais est un réalisateur français, également scénariste et monteur, né le 3 juin 1922 à Vannes (Morbihan) et mort le 1er mars 2014 à Paris. Alain-Pierre-Marie-Jean-Georges Resnais est issu d’une famille cultivée. Son père Pierre est pharmacien de profession, et fut également maire de Treffléan de 1934 à 1962. Alain est sensibilisé très tôt à toutes les formes d’art.

Alors qu’il envisage de devenir comédien, il intègre la première promotion de l’IDHEC en montage et commence, à la fin des années 1940, à réaliser des courts métrages et moyens métrages documentaires qui marquent le public et la critique : Van Gogh, Guernica et surtout Nuit et brouillard, premier film de référence sur les camps de concentration.

Réalisateur d’Hiroshima mon amour (1959) et de L’Année dernière à Marienbad (1961), deux dates dans l’histoire du cinéma, Alain Resnais est rapidement considéré comme l’un des grands représentants du Nouveau cinéma, équivalent du Nouveau roman en littérature, et comme un des pères de la modernité cinématographique européenne à l’instar de Roberto Rossellini, Ingmar Bergman et Michelangelo Antonioni. Alain Resnais est reconnu pour sa capacité à créer des formes inédites et à enrichir les codes de la représentation cinématographique par son frottement à d’autres arts : littérature, théâtre, musique, peinture ou bande dessinée

Pour les dix-huit longs métrages qui portent sa signature, Resnais a fait appel à des auteurs-scénaristes aussi renommés et différents que Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet, Jean Cayrol, Jorge Semprún, Jacques Sternberg, David Mercer, Jean Gruault, Jules Feiffer, Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui ou encore, pour l’adaptation d’une pièce anglaise d’Alan Ayckbourn, Jean-Michel Ribes.

Fidèle dans le travail et amateur de l’esprit de troupe, Resnais a notamment sollicité à plusieurs reprises les comédiens Sabine Azéma, Pierre Arditi, André Dussollier et Lambert Wilson, les techniciens Jacques Saulnier, Renato Berta, Éric Gautier et Hervé de Luze ainsi que le compositeur Mark Snow.

Réalisateur célébré par la profession, il a été plusieurs fois récompensé aux Césars et dans les festivals internationaux.

 

Il décède le samedi 1er mars 2014 à Paris à l’âge de 91 ans. Ses obsèques ont lieu le lundi 10 mars 2014 à Paris, à l’église Saint-Vincent-de-Paul, en présence de nombreuses personnalités du spectacle parmi lesquelles plusieurs de ses acteurs fétiches. Il est inhumé le même jour au cimetière du Montparnasse à Paris.

 

Longs métrages

1946 : Ouvert pour cause d’inventaire (film perdu, premier long métrage du réalisateur)
1959 : Hiroshima mon amour
1961 : L’Année dernière à Marienbad
1963 : Muriel ou le Temps d’un retour
1966 : La guerre est finie
1968 : Je t’aime, je t’aime
1973 : L’An 01, de Jacques Doillon (tournage de la séquence américaine)
1974 : Stavisky
1977 : Providence
1980 : Mon oncle d’Amérique
1983 : La vie est un roman
1984 : L’Amour à mort
1986 : Mélo
1989 : I Want to Go Home (Je veux rentrer à la maison)
1993 : Smoking / No Smoking
1997 : On connaît la chanson
2003 : Pas sur la bouche
2006 : Cœurs
2009 : Les Herbes folles
2012 : Vous n’avez encore rien vu
2014 : Aimer, boire et chanter

Récompenses et nominations

Oscar en 1950 : Oscar du meilleur court métrage en deux bobines – Van Gogh

César

Film
1978 : César du meilleur film – Providence
1981 : Nomination au César du meilleur film – Mon oncle d’Amérique
1985 : Nomination au César du meilleur film – L’Amour à mort
1987 : Nomination au César du meilleur film – Mélo
1994 : César du meilleur film – Smoking / No Smoking
1998 : César du meilleur film – On connaît la chanson
2004 : Nomination au César du meilleur film – Pas sur la bouche
2010 : Nomination au César du meilleur film – Les Herbes folles

Réalisateur

1978 : César du meilleur réalisateur – Providence
1981 : Nomination au César du meilleur réalisateur – Mon oncle d’Amérique
1985 : Nomination au César du meilleur réalisateur – L’Amour à mort
1987 : Nomination au César du meilleur réalisateur – Mélo
1994 : César du meilleur réalisateur – Smoking / No Smoking
1998 : Nomination au César du meilleur réalisateur – On connaît la chanson
2004 : Nomination au César du meilleur réalisateur – Pas sur la bouche
2007 : Nomination au César du meilleur réalisateur – Cœurs

Autres Prix

Prix Jean-Vigo en 1954 pour Les statues meurent aussi
Prix Jean-Vigo en 1956 pour Nuit et brouillard
Prix Georges-Méliès en 1959 pour Hiroshima mon amour, ex æquo avec Les Quatre Cents Coups de François Truffaut
BAFTA spécial en 1960 pour Hiroshima mon amour
Mostra de Venise 1961 : Lion d’or pour L’Année dernière à Marienbad
Mostra de Venise 1963 : Prix de la Critique internationale pour Muriel, ou le Temps d’un retour
Prix Louis-Delluc 1966 pour La guerre est finie
Festival de Cannes 1980 : Grand prix du jury et Prix FIPRESCI de la Critique internationale pour Mon oncle d’Amérique
Prix Louis-Delluc 1993 pour Smoking / No Smoking
Berlinale 1994 : Ours d’argent (meilleure contribution artistique) pour Smoking / No Smoking
Prix Louis-Delluc 1997 pour On connaît la chanson
Berlinale 1998 : Ours d’argent (meilleure contribution artistique) pour On connaît la chanson et l’ensemble de sa carrière
63e Mostra de Venise, en 2006 : Lion d’argent (meilleure mise en scène) pour Cœurs
Étoile d’or du réalisateur 2007, pour Cœurs
Prix Henri-Langlois d’honneur 2007
Festival de Cannes 2009 : Prix exceptionnel du Jury pour Les Herbes folles et l’ensemble de son œuvre
Berlinale 2014 : Prix Alfred Bauer pour Aimer, boire et chanter
Quinzaine des réalisateurs 2014 : Carrosse d’or à titre posthume pour l’ensemble de son œuvre

Vous aimerez aussi...